top of page
  • Photo du rédacteurDom BRIKI

Comment devenir votre meilleur ami



L'Impact de Nos Premières Années


Une grande partie de notre personnalité résulte des expériences de notre enfance, avec nos parents, enseignants et amis. Cette période peut nous conditionner positivement ou négativement, souvent un mélange des deux. Cette programmation se reflète dans notre vie d’adulte : relations, travail, rapport à l’argent et à notre corps, santé, etc. Comme des scènes de théâtre, nous rejouons symboliquement des scénarios vécus enfant.


L’approche de Mildred Newman & Bernard Berkowitz propose une analyse profonde de notre identité :


  • comment nous percevons-nous ?

  • Quelle valeur nous attribuons-nous ?

  • Quel rapport avons-nous avec nous-même dans l’intimité de notre propre esprit ?


Dans les premières étapes de notre vie, nous sommes dépendants de notre mère, de nos parents et des adultes qui nous entourent, vulnérables et fragiles, ayant besoin d'être accompagnés pour apprendre et grandir. L'indépendance apparaît quand nous comprenons que le monde ne nous doit rien et que tout ne nous sera pas servi sur un plateau. Nous apprenons à nous affirmer et à aller chercher ce dont nous avons besoin par nous-mêmes. La troisième étape de maturation est l’interdépendance : reconnaître que nous obtenons de meilleurs résultats et plus de bonheur en nous connectant aux autres, en coopérant et en partageant nos points forts. Nous cherchons des connexions significatives et des synergies productives, harmonisant nos qualités avec celles des autres pour devenir plus forts ensemble. L’interdépendance aspire à atteindre des résultats gagnant-gagnant, c’est-à-dire bénéfiques pour toutes les parties impliquées. Cependant, peu de gens ont été éduqués afin de pouvoir évoluer sainement de la dépendance vers l’indépendance, et ensuite vers l’interdépendance bienveillante. La plupart d'entre nous sont conditionnés par divers traumatismes infantiles, coincés dans une demande infantile de sécurité, revivant des scénarios immatures et contre-productifs.


Pour "rompre ce sortilège", il faut apprendre à reprendre la responsabilité de notre vie mentale et émotionnelle. C'est crucial si on veut se construire une vie positive et gratifiante, développer des relations intimes et des amitiés saines, réussir nos projets, etc. Être prêt à se reconnecter courageusement à soi-même permet de transformer notre rapport au monde. Nous pouvons devenir, ou plutôt redevenir, notre meilleur ami. Un tel individu puise son estime de lui-même depuis l’intérieur. Il n'a pas besoin d'approbation ou de validation excessive des autres. Son bien-être et son bonheur ne dépendent pas de ce que font ou disent les autres. Il est impossible de réellement s’épanouir authentiquement tant que l’on n’est pas devenu son propre meilleur ami. On peut offrir à quelqu'un un plan de route et une stratégie éprouvée pour réussir, mais cela reste inutile si la personne est gouvernée par des facteurs subconscients qu’elle refuse d'affronter. Elle finira par s’auto-saboter, rejouant des scénarios de son enfance pilotés depuis son subconscient. Pour progresser, il n’y a pas d’autre voie que la connaissance de soi : découvrir courageusement ce qui se cache sous les apparences, observer avec humilité pourquoi je pense et agis comme je le fais. Sinon, les traumatismes non résolus continuent de me piloter inconsciemment, influençant ma manière de me traiter, de traiter les autres, coagulant mes croyances et mes prétendues "incapacités".


Libérer Notre Pouvoir Intérieur


La première chose à réaliser, c’est que nous fonctionnons mécaniquement en pilotage automatique la majeure partie du temps, et que la source de nos maux se trouve en nous. La plupart d’entre nous ne puisons jamais dans notre véritable potentiel, fonctionnant bien en deçà de nos capacités réelles. Et cela persistera tant que nous attendrons passivement une solution extérieure. La clé de notre liberté est déjà en nous, pendant que nous nous persuadons d'être en prison alors que la porte est grande ouverte. Nous attendons la permission de vivre pleinement, mais seule notre propre autorisation compte. Nous sommes responsables de notre vie, et sa qualité dépend de nos choix. Une personne réellement adulte sait qu'elle est aux commandes de son destin ; elle assume la responsabilité de ses réponses et réactions face aux événements, et décide de prendre sa vie en main à 100%.


Soyons clairs : nous ne maîtrisons pas les éléments et les forces de la nature, impossible de contrôler les autres, les phénomènes, les situations et le monde ... et non, nous ne manifesterons pas des sacs d’or par le pouvoir de la pensée et des visualisations. Par contre, nous sommes maîtres de notre esprit et de nos réponses face au monde. S’agripper aux pensées négatives et aux émotions perturbatrices est un choix. Personne d'autre ne perpétue ces mécanismes intérieurs à notre place. C'est à ce niveau que nous sommes responsables de notre vie. Rien de positif ne peut être entrepris depuis une mentalité victimaire et remplie de croyances négatives. En observant ceux qui réussissent à vivre heureux et accomplir leurs objectifs, on découvre quelques principes universels simples. Comprendre comment s'y prendre ne suffit pas. Tant que le subconscient n'est pas confronté, tant que nous ne mettons pas à jour nos croyances, la meilleure volonté du monde ne servira à rien. Comprendre quoi faire est une chose, passer à l’action en est une autre. Peu de gens y parviennent, car ils s’en sentent incapables ou s'identifient à leurs excuses subconscientes. L'auto-sabotage se perpétue comme un sortilège malgré toutes leurs bonnes intentions.


Évaluer sincèrement nos pensées et nos choix de vie nous révèlera à coup sur certaines inconsistances. Oser cette démarche, c'est déjà reprendre sa vie en main. Le changement nécessite de remanier notre identité en affrontant ce qui se cache dans l'ombre, au-delà du conscient. Cela peut se faire seul ou avec l'aide d'un thérapeute ou d'un coach. Cependant, en cas de dépression sévère, il est essentiel de consulter un professionnel avant d'essayer de reprogrammer son subconscient. Un thérapeute sain d’esprit devrait toujours vous guider vers l'autonomie et l’indépendance, vous permettant de travailler sur votre subconscient au quotidien, réalisant que vous détenez les clés de votre royaume intérieur. 20 ans de thérapie et d’honoraires sans constater de changement drastique dans votre vie n’a pas de sens.


Devenir son meilleur ami, c'est devenir son propre coach intérieur. À partir de là, nous pourrons aussi aider les autres à faire de même. Seules des personnes ayant atteint cette maturité intérieure peuvent collaborer de manière interdépendante, dans des relations gagnant-gagnant, qu'elles soient sentimentales, amicales ou professionnelles. Pour devenir votre meilleur ami, réapprenez à communiquer avec vous-même. Investissez du temps à vous étudier de l’intérieur. Déterminez la méthode d’apprentissage qui vous convient le mieux pour devenir votre propre enseignant. Si vous dépendez uniquement des autres pour apprendre, vous êtes dans la codépendance. L’interdépendance ne peut exister que depuis un état d’indépendance intérieure, prenant entière responsabilité de votre vie.


  • Recevoir des informations, les transformer en un ensemble cohérent et digestible permettant de poser des actes, est un art.


Le Chemin Vers l'Amitié avec Soi-Même



Reprendre notre vie en main et nous détacher du désir d'approbation extérieure peut nous attirer des critiques et des jugements d’égoïsme. Cependant, pour nous améliorer et vivre plus heureux, ainsi que pour avoir des relations plus matures, nous devons éclaircir la question de l'estime et de l'affirmation de soi. Cela exige souvent de nous isoler temporairement du "groupe" pour y voir plus clair et faire un état des lieux en face à face avec nous-mêmes. Il est impossible de ressentir une compassion authentique et saine pour les autres sans l’éprouver simultanément envers soi-même. Une personne qui ne s'aime pas, qui ne s'estime pas, ne peut pas entrer en relation avec le monde de manière saine et positive. En devenant notre meilleur ami, nous devenons la personne qui prendra soin de nous à tout moment, notre propre coach et conseiller bienveillant, notre meilleure source d’encouragement et de réconfort, faisant ce qu'il y a de mieux pour subvenir à nos besoins. Toutes ces choses que nous avons cru si longtemps devoir venir des autres.


En réalité, vous êtes déjà votre meilleur ami : vous savez très bien ce que vous devez changer en vous. Cependant, nous n'osons pas le faire car nous vivons la majeure partie du temps dans la peur, même si ces peurs sont pour la plupart imaginaires, nous servant d’excuses pour ne pas sortir de notre zone de confort. Nous sommes pris dans la boucle des mêmes scénarios, rejouant encore et encore la même pièce de théâtre de notre enfance. La mentalité de la pénurie et du manque qui recherche insatiablement une validation extérieure pour remplir le sentiment de vide intérieur, est une architecture mentale contre-productive. Celui qui aspire à mieux vivre doit rompre courageusement avec ses habitudes, en affrontant ce qui se cache dans son subconscient.


Le sentiment d’abandon chez un enfant crée une terreur insurmontable ; sa vie dépend littéralement de sa mère lorsqu’il est nourrisson et ensuite des adultes qui s’occupent de lui. Mais pour un adulte, la solitude est une chose radicalement différente. Un adulte peut survivre par lui-même et a besoin d’autonomie pour grandir spirituellement, apprendre à se connaître et développer son pouvoir personnel. Si nous avons vécu une expérience d’abandon enfant, cette anxiété fondamentale conditionne notre mentalité et notre rapport aux autres. Plus tard, nous aurons une peur viscérale de l'abandon tout en continuant de créer des scénarios négatifs, assignant aux gens des rôles dans notre théâtre intérieur. Nous créons les conditions qui nous confirment notre statut de victime ou qu’on ne peut pas faire confiance aux autres. Cette peur d’être abandonné conduit à des stratégies de vie immatures, inauthentiques et auto-destructrices. Que ce soit en érigeant un mur émotionnel ou en choisissant des partenaires susceptibles de nous abandonner, le même moteur caché est toujours à l'œuvre. Être seul avec soi-même résonne chez beaucoup de gens comme un sentiment d’abandon, c’est pourquoi ils évitent le silence et l’introspection, ou bien s'isolent en remplissant le vide avec tout et n’importe quoi.


La mentalité de la pénurie et la détresse émotionnelle sont devenue pandémiques dans notre monde, causant tellement de conflits relationnels, de jalousies et de ressentiments. Pourtant, il s'agit d'une superstition collective : lorsqu’une personne accomplit ses rêves, prospère et s’émancipe, cela n’enlève rien à personne d'autre. Devenir une meilleure version de soi-même n'abaisse pas la valeur des autres, au contraire, cela tire tout le monde vers le haut. Lorsqu’on réalise que la loi de la vie est celle de l’abondance et de la régénération continue, que l’énergie circule et se transmet, s’amplifie, s’équilibre, s’étend et se multiplie à l’infini, on ne peut plus se sentir diminué par le succès de quelqu'un d'autre. Cela nous inspire, et nous invite à créer notre propre version du bonheur sans culpabiliser.


Prendre Soin de Soi : Devenir Votre Meilleur Ami



La cause de bien des souffrances est cette croyance que les émotions que nous ressentons sont la responsabilité de quelqu’un ou quelque chose d’autre que nous-mêmes. « L’amour » est considéré comme une ressource rare et limitée qui doit être méritée de la part des autres. Lorsque vous réalisez que vos émotions sont votre responsabilité et que leur qualité dépend des réponses que vous choisissez de produire en vous-même, vous comprenez que l’estime de soi, la confiance et l’affirmation positive nécessaire pour créer de belles relations et de belles expériences ne dépendent de rien ni personne à part votre relation intime à vous-même. L’énergie « positive » authentique se puise et se cultive au centre de soi-même, puis rayonne naturellement, débordant depuis un état intérieur saturé de "good vibes". Son partage et le « bien-être » qui va avec se manifestent alors spontanément, car vous n’avez plus besoin de « prendre » ou « gagner » quelque chose des autres. Être votre meilleur ami, cela signifie que vous avez décidé de cultiver l’attention-présence en vous, de vous encourager, de vous respecter, de reconnaître et d’apprécier la belle personne que vous êtes, et d’agir dans votre meilleur intérêt, c'est-à-dire avec une approche du monde gagnant-gagnant.


C’est lorsque vous êtes déterminé à vous aimer de tout votre cœur que la notion de maitrise de soi perd sa connotation péjorative « négative ». Aller au bout de ce que vous décidez d’accomplir chaque jour, puis vous féliciter et vous encourager avec amour et bienveillance est la voie royale pour se remplir d’estime de soi. Si nous avons cessé depuis longtemps d’écouter notre mélodie intérieure, il peut sembler très difficile de l’entendre et de s’y reconnecter. Beaucoup de frustration et de colère dues à ce déni de soi sont probablement étouffées et bloquées. La procrastination et l’hésitation sont des formes insidieuses de haine de soi pilotées par des programmes subconscients de faible estime, de culpabilité, de ressentiment et de dégoût de soi.


Il faut bien comprendre que le consensus ordinaire dans notre société, c’est de fuir l’inconfort par l’évasion, la sédation, la compensation et des addictions en tous genres afin de détourner son attention de tout ce qui est inconfortable en soi. Cette manière de vivre est devenue « la norme ». C’est pourquoi entamer un réel travail personnel de transformation intérieure ne sera pas forcément reçu avec enthousiasme par votre entourage, et c’est normal. Quitter les rangs de la pensée de groupe, et changer des choses dans votre manière de fonctionner au jour le jour demande du courage. Vous devez développer assez de confiance et d’estime de vous-même pour savoir dire non à certaines situations, personnes, informations, films, activités, nourritures, etc. et tracer votre chemin afin d’investir votre attention là ou cela en vaut la peine, écoutant votre mélodie intérieure au risque d’être incompris. Reprendre contact avec soi ; se réconcilier avec soi-même ; oser confronter ce qui était caché « sous le tapis » afin de construire une relation bienveillante, harmonieuse avec le subconscient devrait être la priorité de toute personne aspirant à mieux vivre. C’est un processus de guérison intérieure dans lequel chacun peut décider de s'engager.


« Ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison. » – Coluche



Comment l'estime de soi influence toutes les facettes de votre existence


Devenir votre meilleur ami impacte toutes les dimensions de votre vie :


  1. Carrière : Si vous n'avez pas encore libéré vos traumas d'enfance, vos collaborations et interactions professionnelles en souffriront. Cela peut mener à l'auto-sabotage, à des conflits et à des choix contre-productifs.

  2. Finances et Prospérité : La prospérité est liée à l'estime et la confiance en soi. Une mentalité de pénurie, enracinée dans des traumas passés, empêche une véritable prospérité, même avec des revenus élevés.

  3. Amis et Famille : Pour avoir des relations harmonieuses, commencez par vous-même. Vous ne pourrez aimer les autres sincèrement si vous portez en vous du ressentiment. Les "dossiers" que vous trimballez vous limitent et vous handicapent.

  4. Détente et Joie : Si vous ne vous estimez pas, vous comblerez votre vide intérieur par des activités néfastes (malbouffe, jeux d'argent, relations toxiques, alcool, drogues etc.) qui épuisent votre énergie au lieu de la restaurer. Vous rechercherez des plaisirs immédiats au détriment de votre bien-être à long terme.

  5. Santé et Fitness : Les recherches montrent que l'excès de poids et les addictions sont souvent des manifestations de conflits émotionnels. Prendre soin de soi physiquement est essentiel pour une vie épanouie.

  6. Intimité et Vie Amoureuse : Nos relations amoureuses reflètent notre état intérieur. Nous attirons "ce que nous sommes". Si vous n'êtes pas votre meilleur ami, vos choix de partenaires seront limités et refléteront vos conflits intérieurs.

  7. Développement Personnel et Spirituel : Sans amour bienveillant de soi, le développement personnel devient une façade. Il est crucial d'agir concrètement et de manière cohérente pour voir se produire des changements réels, au lieu de se perdre dans des discussions philosophiques.

  8. Environnement : Un environnement chaotique ou négatif reflète souvent un état intérieur désordonné. Tant que l'inconscient n'est pas conscientisé, nous restons prisonniers de nos schémas passés, même les plus douloureux.


En devenant votre meilleur ami, vous transformez votre vie dans toutes ses dimensions, en cultivant une relation saine et aimante avec vous-même.


L'Amour Véritable : Du Besoin d'Approbation à la Pleine Réalisation de Soi


Les humains se comportent comme une foule affamée, chacun portant son propre sac à dos rempli de nourriture, et demandant aux autres : "nourris-moi, nourris-moi, par pitié, nourris-moi". Cela n'a pas de sens. Dépendre de quelqu'un ou de quelque chose pour être heureux est une forme d’esclavage : un « enfer » intérieur insatiable où le bien-être statique dont nous rêvons n'est jamais atteint. Nous nous sabotons systématiquement en cherchant désespérément une approbation et une validation extérieures, affirmant un état de manque. La peur du rejet et de l'échec nous conduisent à ne pas être 100% authentiques, à jouer des rôles pour obtenir un peu d'amour, ou à nous résigner, évitant les risques en restant passivement à l'abris dans notre zone de confort.


Les personnes qui ne s'aiment pas ne peuvent pas authentiquement admirer ou aimer les autres. Elles peuvent désirer intensément quelqu’un ou quelque chose parce que ce désir insatiable naît du sentiment de vide et de manque, mais elles ne peuvent pas aimer véritablement. L'amour devient une quête insatiable pour combler un vide intérieur. Les actes "bienveillants" deviennent conditionnels et calculés, laissant place rapidement à la colère et à la condamnation si les attentes ne sont pas satisfaites, si la personne qu'on "aide" ne se comporte pas comme souhaité. Cette quête compulsive d'approbation et de validation engendre fatalement une chute de l'estime de soi et une frustration à cout sur, tout en générant des conflits et des problèmes dans les relations.


Attendre une validation des autres nous condamne à perpétuité au ressentiment. Un individu adulte et mature, quand il aime, ne met pas en jeu son identité ni ne joue à la roulette russe. L'amour authentique surgit de l'intérieur de soi et ne dépend pas de ce que fait ou dit l'autre personne. Même si l'être aimé s'en va, même si on n’a pas ce que l’on veut, même si on est déçu, cet amour perdure, mobile, inconditionné. L'estime de soi, le respect de soi et la gratitude sont des phénomènes intimes qui dépendent de nos réponses intérieures à ce qui est vécu. Plus besoin d’avoir peur de divorcer de certaines relations, activités, informations, idéologies et pensées.


Ce qui importe vraiment n'est pas ce que les autres font, pensent ou disent, mais la manière dont nous y répondons intérieurement. Quand nous nous complimentons nous-mêmes et nous nous encourageons avec bienveillance, la clarté reste ancrée en nous. Les compliments extérieurs sont agréables, mais deviennent moins essentiels lorsque l'estime de soi palpite depuis l'intérieur. Et nous devenons alors libre de complimenter, aider et encourager les autres sincèrement, depuis un espace intérieur d’abondance et de confiance.


Tout ce dont nous pensons avoir besoin réside en réalité en nous-mêmes et nul part ailleurs.


Lorsque nous décidons sincèrement d'être notre meilleur ami, de nous réconcilier avec notre sagesse intérieure et de dialoguer avec notre subconscient en lâchant prise, un incroyable espace de potentiels s'ouvre à nous dans notre rapport au monde et aux autres.


Notes, inspirations & réflexions personnelles sur la base du travail de Joseph Rodrigues

3 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page